Conjugaison ravageuse – Stress

Jane est en danger d’épuisement professionnel, communément appelé « Burnout » 

Par Nancy D. O’Reilly, PsyD

istock_78920459_xlarge

Jane compte des années d’expérience en tant que professionnelle du marketing, un poste très exigeant pour lequel elle doit voyager et gérer plusieurs projets et échéanciers. Ces défis donnent souvent à Jane un sentiment d’épuisement et de surmenage. Elle admet qu’elle ade la difficulté à gérer la pression au travail et qu’elle manque des journées de travail. En fait, allez travailler est de plus en plus difficile et son stress est devenu un problème chronique; elle se sent constamment fatiguée. Son grand stress est douloureux et elle n’a pas trouvé le moyen de s’en départir. Jane est en danger d’épuisement professionnel, communément appelé « Burnout ».

Pour plusieurs personnes, le phénomène appelé épuisement professionnel est une réaction typique au stress. Cet état se traduit par une perte de motivation et une diminution du rendement, deux éléments pouvant conduire au renvoi ou au départ volontaire. Ces effets doivent être traités immédiatement afin d’éviter le départ d’employés comptant plusieurs années d’expérience et ainsi voir les activités de la compagnie affectées.

Le stress est aussi un élément destructeur tout aussi puissant et personne n’est immunisé contre ses effets. Quelques travailleurs peuvent exprimer leur stress ouvertement alors que d’autres le cachent ou en ignorent les signaux et ce, jusqu’à ce qu’ils tombent vraiment malades. Le stress peut causer des symptômes physiques comme des maux de tête, des problèmes digestifs, des ulcères d’estomac et peuvent rendre les employés vulnérables aux infections. Les facteurs de stress émotif et de comportement peuvent aussi avoir un impact sur l’ensemble de la productivité des lieux de travail. Le rendement d’un travailleur qui ne gère pas son stress peut être à la baisse et conséquemment, il a tendance à prendre des journées de maladie. Le stress aigu est douloureux mais bref et heureusement, la majorité des employés trouvent le moyen de le surmonter.  Le stress chronique affecte grandement la productivité au travail lorsqu’il dure pendant des jours, des semaines, des mois ou des années sans que rien ne soit fait pour l’éliminer. Les employeurs doivent savoir comment le stress affecte les travailleurs et offrir des solutions pour le réduire afin d’assurer le bien- être de leurs employés au travail.

Plusieurs experts affirment que 80 pourcent, certains même vont jusqu’à 100 pourcent, des maladies sont reliées au stress. Dans le milieu de travail, plusieurs travailleurs deviennent même dépendants de leur propre adrénaline; ils aiment les sensations et les palpitations qu’ils ressentent lors de situations maximales de surmenage pouvant survenir à la maison, au travail et même lors de la pratique d’activités sportives. Ces travailleurs peuvent s’effondrer et s’épuiser avant de demander de l’aide pour leur problème.

Vérifier le stress des travailleurs

Un employeur ou un superviseur averti surveillera les employés et se rendra compte s’ils sont susceptibles de vivre un épuisement professionnel.

– Est-ce que leur satisfaction et leur rendement au travail diminuent ?

– Est-ce que le travail semble plus difficile à gérer ?

Une liste des symptômes peut aider les travailleurs à détecter s’ils vivent un épuisement professionnel et s’ils sont à risque d’être malades ou exposés à d’autres conséquences sévères. Les travailleurs qui reconnaissent avoir quatre symptômes ou plus doivent réagir rapidement afin d’éviter de s’effondrer complètement.

Les travailleurs peuvent être épuisés s’ils :

oublient souvent des choses (comme le rendez-vous de 10 heures ?)

ressentent de la fatigue anormale (est-ce que je peux rentrer à la maison ?)

souffrent d’insomnie (regardent de vieux  films jusqu’à 3 heures du matin)

ont des changements d’appétit (avoir faim ou rien ne goûte bon). Ceci peut aussi être associé à un changement de

poids.

ont des changements d’humeur et de comportement (laisse-moi tranquille ou je vais te tuer !)

sont souvent grognons et irritables (Grrrrrrrr)

sont souvent malades (mon troisième rhume ce mois-ci)

se mettent à l’écart des autres (allez-vous en !)

ressentent de l’anxiété et de l’inquiétude (qu’est-ce qui ne va pas maintenant ?)

Alimenter le feu de l’enthousiasme

Les travailleurs qui reconnaissent avoir quatre symptômes ou plus, dans ceux mentionnés précédemment, sont probablement dans le processus de l’épuisement professionnel. Les directeurs et superviseurs doivent intervenir maintenant, avant qu’il ne soit trop tard ! Encouragez les travailleurs à adapter les trois principes qui suivent à leur style de vie et ils retrouveront leur énergie et mettront du piquant dans leur quotidien.

Premièrement, équilibrez votre style de vie !

Personne n’est parfait. Pourquoi vous attendre ou vous demander de l’être ? Dans le même ordre d’idée, pourquoi vous attendre ou demander que les autres soient parfaits ?

Respectez vos forces dans ce que vous entreprenez. Faites des choses qui vous aident à vous sentir calmes et centrés.

Si vous les avez oubliées, vous devez prendre du temps pour vous-mêmes afin de vous recentrer.

Ne laissez pas un aspect de votre vie dominer sur les autres. Avez-vous un passe-temps ou une autre activité que vous aimez? Si non, il y a un manque d’équilibre.

Avez-vous l’impression de manquer de temps constamment? Alors il est temps d’éliminer quelque chose que vous n’aimez pas. Laissez une autre personne s’en charger! Qui sait, ils aimeront peut-être le faire.

Deuxièmement, créer un système de soutien

C’est difficile de se sentir seul, particulièrement au milieu d’un groupe de personnes occupées. Trouvez une personne à qui parler au travail, à la maison ou dans votre communauté. Trouver un endroit ou une activité où il n’y a pas de stress.

Partagez quelque chose avec quelqu’un. Joignez-vous à une association professionnelle ou sociale avec des personnes qui ravaillent dans votre domaine mais pour d’autres employeurs. Tout le monde a besoin de pouvoir discuter de ses problèmes au travail.

Devenez un mentor ou une ressource pour une personne qui oeuvre dans votre milieu de travail, à l’église ou dans une autre organisation. Le fait de réaliser combien vous avez à offrir aux autres peut être un excellent antidote à la frustration et à l’épuisement professionnel.

Troisièmement, prenez le contrôle sur ce que vous pouvez faire et laissez tomber ce que vous ne pouvez pas !

Rappelez-vous que personne n’est indispensable. Trouvez une meilleure façon de faire le travail plutôt que de faire plus de la même chose.

Essayez de voir les possibilités plutôt que les problèmes. Il est peut-être temps de revoir vos objectifs de carrière si seul le gain d’argent vous motive à aller travailler.

Planifiez vos journées (et semaines, mois, années) et travaillez votre plan. Évaluez des façons de planifier votre horaire afin d’allouer du temps  flexible, du travail partagé ou de chercher un nouvel emploi.

Trouvez un mentor que vous respectez. Vous n’êtes pas la première personne qui lutte pour l’équilibre vie et travail

et les autres personnes (même votre patron) peuvent avoir plusieurs suggestions à vous offrir.

Retrouvez votre enthousiasme pour la vie et le travail

Le plus important de tout : les travailleurs (employeurs et superviseurs) doivent se souvenir que la vie est vraiment trop courte pour la gaspiller à se sentir dépasser et épuiser. En rétablissant l’équilibre entre les demandes liées au travail et celles de la vie personnelle, les gens peuvent éviter le « burnout » et empêcher le stress de prendre racine. Chaque personne doit prendre le temps de gérer son stress afin de mieux apprécier la vie.